Aller au contenu

Menu principal :

Mes Six Chemins de Compostelle > Seville-Santiago en 2018 > Le trajet > Via de la Plata
Villa Franca de los Barros – Puerto de las Herrerias
05/05/2018

Nous partons vers les 7h30 par un temps assez frais moins de 12 degrés. Les vignes nous accompagnent à perte de vue. Comme tous les matins, au bout de 5 à 6 km, nous rencontrons la première vague des pèlerins piétonniers car ils partent avant nous vers les 6 heures du matin. La deuxième vague, celle des super matinaux ou qui ont commencés une étape après nous est croisée vers les 10 heures et enfin ceux qui ont démarrés deux étapes plus loin que sont rattrapés en tout début d’après midi.  Nous roulons toujours entre les vigne sur une terre rouge qui doit donner probablement un vin très foncé. Les vignerons sont en plein travail avec leurs tracteurs pour casser  la terre. Ce coin fait penser un peu à la meseta quand on fait le camino Frances à part que dans la meseta, grenier à blé de l'Espagne sur des kilomètres il n'y a qu'un sentier à travers les épis et ici c'est de la vigne et parfois des oliviers. Mais aucune habitation ou vie aussi loin que peut porter la vue. Nous n'avons encore rien mangé car tout était fermé ce matin les bars n'ouvrent que vers 10 heures. Aussi quand à Torremeja on voit un café, on s'y engouffre immédiatement.
Après quelques kilométres c'est la ville romaine réputée de Merida. On entre bien sur par le long pont romain pour déboucher sur la porte d'entrée de la ville et ses remparts. Au milieu de la place de  Rome, il y a une représentation de Remus et Romulus en train de téter la louve. Cette statue a été offerte par la ville de Rome en souvenir du temps romain. Avant de quitter la ville, nous faisons nos emplettes du midi dans un supermarché bien achalandé ce qui nous permettra de manger  des tomates fraîches, du saucisson et des fraises. Petite galère pour trouver le bon chemin avant d'arriver au barrage de Proserpina. Il a été construit naturellement par les romains toujours à la recherche d'une eau propice. Un sentier qui est aussi notre chemin en fait le tour puis de petites routes nous emmènent à Aljucen qui doit être le terme de notre étape d’aujourd’hui.  Mais la casa rural est complète, la deuxième auberge est aussi complète donc il ne nous reste plus que la solution de faire 20 km de plus pour se rendre à Alcuescar ou parait-il, il y a une très grande  auberge paroissiale qui pourra donc nous accueillir. En passant à Puerto de las Herrerias, on aperçoit un hôtel sur le bord de la route. Il reste une chambre de libre, on la prend  mais voir les commentaires sur cet hôtel dans la rubrique hébergement.

Total 81 km pour 5h28 de pédalage, dénivelé positif 611 mètres.
Retourner au contenu | Retourner au menu