Aller au contenu

Menu principal :

Randonnées pedestres > Le chemin du Cid
CONCLUSION
Les conclusions de ce trajet tourneront autour de 3 points :
1 – le trajet en général
2 – la gastronomie de la région
3 – les logements

LE TRAJET
Il faut s'attendre à un trajet qui comportera pas mal de monotonie. En effet, traverser des champs d'orangers, de kakis est surprenant le premier jour mais au bout de trois jours, ne voir que cela devient presque fatiguant. A part les deux jours  dans la montagne, il n'y a pas véritablement de beaux paysages variés. A noter que le sentier est dans sa grande majorité goudronné. En ce mois de décembre nous avons profité tous les jours d'un grand soleil et d'une chaleur assez surprenante et n'avons pas rencontré d'autres marcheurs. Le balisage est assez succinct,  le GPS avec les traces en mémoire est presque indispensable si on ne veut pas se perdre.
Note 6,5/10

LA GASTRONOMIE
Ne pas croire que l'on va manger bon et bien. Comme je l'ai déjà dit, les menus alléchants qui sont affichés ne sont servis que le midi ou plutôt de 13h à 14h ce qui ne convient pas à la randonnée. Contrairement aux chemins de Compostelle, le soir, c'est donc obligatoirement la carte qui sera présentée. Elle n'est jamais bien attractive. Si l'on enlève du plat principal la morue ou les tranches de porc avec les sempiternelles pommes de terre, il ne reste pas grand chose comme choix. Les seules fois (très rares) ou l'on a correctement mangé c’était dans les petits restaurants de routiers situés prés des stations services. Nous aurions aimé déguster dans cette région réputée pour son riz, un bonne paella, on n'en a jamais vu même à la carte. La seule fois on on l'a mangée, c’était dans un hôtel/restaurant car nous l'avions réservée pour le soir. Le petit déjeuner est constitué, la plupart du temps, d'un morceau de pain grillé avec beurre et confiture. Nous avons eu quand même quelques fois accès à un buffet complet. Si on compare les prix, ils sont plus élevés que sur le chemin de Compostelle (même les boissons). Par exemple, un verre de vin est facturé entre 3,50 et 4,80 euros. Pour un pays viticole, c'est un peu exagéré. Par contre, la bière est bonne est relativement moins chère qu'en France.
Note 5/10

LES LOGEMENTS
Dans l'ensemble, ils sont corrects, propres et bien agencés. Nous avions privilégié les petits hôtels pour ne pas grever notre budget et nous avons été toujours bien accueillis. Faire très attention de réserver avant car entre deux logements, il y a parfois une longue distance ce qui augmente les étapes. Par deux fois, nous avons pris un taxi pour faire les premiers kilomètres. Les prix sont normaux et se rapprochent de plus en plus de ceux de la France.
Note 7,5/10

Pour finir, je recommanderai de ne pas faire ce trajet en été. Sans ombre ou très peu, ce doit être intenable, écrasé par la chaleur. Ce parcours devrait être génial à VTT à condition de suivre scrupuleusement la voie VTT différente de celle des piétons.

Kilométrage final 300 km y compris les déplacements et visites pour plus de 2500 mètres de dénivelé positif et autant de dénivelé négatif.
Le budget total sans les transports (aller et retour) se monte à environ 600 euros pour les 14 jours soit moins de 45 euros/jour ce qui est très raisonnable.
Retourner au contenu | Retourner au menu