Aller au contenu

Menu principal :

Mes Six Chemins de Compostelle > Madrid-Santiago en 2017 > Le Trajet > Le chemin de Madrid
COCA – SIMANCAS

---------------

27/05/2017

Nous déjeunons vers les 7 heures avec les deux autres pèlerins rencontrés la veille dans l’auberge. L’un deux s’en va très rapidement pour profiter du frais, l’autre est plutôt un touriste/pèlerin qui fait de petites étapes en boucle et retourne le soir à son point de départ pour prendre le lendemain le bus avec toutes ses affaires. Pourquoi pas, chacun fait son chemin comme il l’entend, rien à dire. L’hospitalière nous conseille fortement de quitter le chemin et de prendre un moment la route car il y a énormément de sable. Très bon conseil,  on s’apercevra bien vite que le chemin passe par des pinèdes avec du sable à foison de partout. Nous passons Villeguillo pour arriver à Alcazaren.  Petit tour à l’office du tourisme qui est aussi la mairie et l’on nous propose de rester ici à l’auberge des pèlerins. Nous déclinons cette proposition car il n’est que 11 heures du matin et bien que fatigués on doit pouvoir aller plus loin. Les bornes indiquent que Santiago est maintenant à moins de 500 km. Les pistes sont sableuses mais on arrive à rouler sans trop de difficultés. Le franchissement d’une petite rivière nous permet de faire une courte pause et nous repartons par un chemin particulièrement caillouteux. Il y a beaucoup de soubresauts à cause des pierres, les vibrations sont transmises dans tout le corps. Arrivés à Vadestillas, arrêt à l’épicerie et Corinne s’aperçoit qu’il lui manque une sacoche. Retour à fond de train sur la piste. Nous croiserons deux vététistes qui n’ont rien vu. On continuera sur plus de 7 km mais force est de constater qu’il a été ramassé. Nous repassons à Valdestillas mais le moral est en forte baisse.  Corine avait dans sa sacoche la plupart de ses vêtements, les cartes, les câbles pour recharger téléphone et GPS …. Il va falloir improviser en attendant de trouver une solution pour le reste du parcours. La température est de 38 degrés quand nous arrivons à Puente Duero. Nous avons décidés de faire encore 6 km n’ayant rien trouvé pour se loger. A Simancas y a un seul hôtel et bien que les prix ne soient pas spécialement établis pour les pèlerins on le prend car on n’en peut plus. Il est grand temps de reposer le physique et le moral.


Total km : 81 -  Heures passées sur le vélo : 5h38 - Dénivelé positif : 213 mètres
Retourner au contenu | Retourner au menu